articles de ce dossier

Contribution de la régionale de Besançon

Dans un premier temps, à partir de la synthèse provisoire des réponses au questionnaire mis en ligne, les participants à la réunion ont abordé la question de la place du cours magistral dans les cours de SES (Quelles formes lui donne-t-on ? Est-il à éviter ?). Il est à noter que sa place est grandissante de la seconde à la classe terminale.

Nous avons évoqué ensuite la question du statut des documents étudiés en classe (Sont-ils parfois de simples prétextes ? Quand permettent-ils une mise en activité réelle de l’élève ?).

Nous sommes aussi revenus sur le sens de l’expression « pédagogie active », à partir notamment des préconisations de l’inspection mais également des pratiques observées dans nos classes ou retranscrites dans des revues disciplinaires (IDEES, APSES info, Cahiers pédagogiques).

Au fur et à mesure du stage, les collègues présents ont avancé des pistes de réformes souhaitables, en tenant compte à la fois des programmes et des structures actuels, des « bonnes pratiques » repérées comme telles mais aussi de certaines préconisations extérieures (Par exemple, le rapport de la commission d’audit présidée par le professeur Guesnerie).

I - En classe de seconde

1 - Programme de seconde

Nous proposons de restreindre le nombre de thèmes afin de mieux (réellement ?) mobiliser les différentes sciences sociales sur chacun des thèmes étudiés.

Nous proposons de conserver l’entreprise, le travail et l’emploi, les revenus et la consommation.

Nous proposons d’intégrer le thème de la famille aux programmes de 1e et de terminale et de l’aborder en seconde à travers la question de la socialisation lors de l’étude des autres thèmes

La sociologie des professions pourrait être mobilisée dans le cadre du thème « travail et emploi », celle des organisations lors de l’étude de l’entreprise.

Nous n’avons pas d’objection à l’introduction de la notion de marché en seconde. En revanche, l’étude du bilan et du compte de résultat nous paraît davantage devoir être étudiés en classe de première.

Nous proposons aussi de ne pas faire des PCS un sous-thème du programme mais de se contenter de les aborder comme outil.

2 - Méthodes en seconde :

Nous proposons de travailler à partir des « objectifs de référence en classe de seconde » élaborés il y a quelques temps et de les actualiser.

Les TD devraient être notamment l’occasion d’initier les élèves aux modalités d’investigation, de production de connaissances.

Un cadrage annuel des exigences en termes méthodologiques (faire une liste ?) pourrait être proposé (par exemple, faire réaliser une enquête dans l’année).

Les collègues ont insisté sur l’importance du lien avec actualité en classe de seconde : il conviendrait peut-être de proposer des activités ad hoc.

3 – Contexte de l’option en seconde :

Plus généralement, nous avons abordé la question de la formation des collègues (notamment aux méthodes en sciences sociales) et souligné la nécessité de mettre des matériaux à disposition favorisant la mise en oeuvre réelle d’activités en rapport avec les objectifs visés.

Sur la question des conditions d’enseignement, les collègues ont exprimé une préférence pour le caractère obligatoire de l’enseignement des SES en classe de seconde supposant un horaire « décent » comportant des dédoublements.

II- Cycle terminal

Les collègues ont soulevé le manque de cohérence entre les programmes de SES aux trois niveaux d’enseignement.

1 - Programme de première

Les collègues proposent de supprimer le thème de l’organisation politique et de réorganiser l’ensemble du programme autour de thèmes d’étude plutôt qu’autour de notions.

Par exemple, on pourrait étudier les pratiques culturelles abordées sous un angle sociologique (ce qui permettrait d’étudier les notions de socialisation, culture, stratification sociale,...) et sous un angle économique.

Plus globalement, les collègues regrettent le manque de problématisation du programme et le découpage (artificiel) entre les parties.

Ils soulignent aussi des manques (emploi/travail/chômage, consommation).

2 - Programme de terminale

Les collègues s’accordent pour regretter la lourdeur et l’ambition démesurée du programme ainsi que des problèmes de cohérence.

Certains thèmes pourraient être supprimés (justice sociale) ou traités en première (croissance, conflits).

3 – Série ES et évaluation au cours du cycle terminal

Sur l’ensemble du cycle terminal, les collègues se sont montrés intéressés par la perspective de créer un moment d’enseignement (type TPE) plus particulièrement dédié à l’initiation aux méthodes en sciences sociales. Cette activité pourrait être menée sur l’ensemble du cycle terminal et pourrait donner lieu à une évaluation spécifique. Nous avons discuté de la possibilité de réaffecter notamment les heures de spécialité (d’option ?), d’ECJS à cette activité.

Les collègues sont favorables au maintien d’une série ES bien identifiée et à la création d’une option SES dans les autres parcours du cycle terminal.

Apses.org | Association des Professeurs de Sciences Économiques et Sociales