articles de ce dossier

Contribution de la régionale de Créteil

Principes relatifs aux programmes

Principe n°1 : L’APSES doit demander la constitution de groupes d’experts élargis
-  Un nouveau groupe d’expert doit se tenir pour le futur programme de seconde
-  A tous les niveaux d’enseignement, des économistes, sociologues mais aussi politologues doivent être dans les groupes d’experts
-  Il faut demander à ce que les groupes d’expert soient composés pour moitié d’enseignants pratiquant régulièrement au niveau d’enseignement concerné

Principe n°2 : Les programmes doivent être adaptés aux horaires et au niveau des élèves
-  aux horaires : Les programmes, pour que les élèves se les approprient, doivent être allégés soit en termes de notions, soit de thèmes, soit de nombre de problématiques.
-  au niveau des élèves : le niveau de conceptualisation doit être adapté au niveau d’enseignement. En classe de seconde, il doit être moindre que dans le cycle terminal

Principe n°3 : Les programmes doivent être davantage problématisés
-  pour chaque thème d’étude, la sélection des notions ne peut se faire que dans le cadre de problématiques explicitées dans les indications complémentaires
-  en classes de seconde et première, plusieurs problématiques pourraient être suggérées par les IC, charge à l’enseignant de retenir celle(s) qui a sa préférence, dans le cadre de sa liberté pédagogique)
-  en classe de terminale, dans un souci d’évaluation nationale, une seule problématique serait explicitée pour chaque thème
-  les problématiques pourraient être revues périodiquement afin d’être au plus près de l’actualité économique et sociale, ce qui éviterait les refontes totales des programmes mais leur transformation à la marge, en continu ; ce travail pourrait faire l’objet de journées de l’Inspection Générale permettant de faire le bilan des problématiques enseignées d’en éliminer certaines et d’en proposer de nouvelles
-  dans ce souci de problématisation, les indications complémentaires doivent être des questionnements plus que des prescriptions

Principe n°4 : Ne pas séparer les méthodes des contenus d’enseignement
-  il faut refuser toute dichotomie entre les méthodes des sciences sociales et les contenus d’enseignement.
-  Il serait envisageable de lister en début de programme les méthodes (analyse de documents, traitement statistique, enquête sociologique…), et de suggérer des moments d’utilisation lors des indications complémentaires relatives à des thèmes d’étude précis (ex : suggérer la méthode de l’enquête sur le thème de la consommation)

Principe n°5 : Pour une association des différentes sciences sociales
-  Il faut continuer de croiser les approches économiques, sociologiques et politistes pour chaque objet d’étude qui s’y prête

Principe n°6 : Un usage utilitaire du droit, de la micro ou de la gestion - Il n’y a aucun refus de principe de convoquer davantage de droit ou de microéconomie, mais sans aucune formalisation - Concernant la comptabilité privée, si les collègues jugent qu’elle peut être utile ponctuellement, ils expriment des réserves sur son introduction explicite dans les programmes car les risques de confusion avec la comptabilité nationale sont importants. - dans tous les cas de figure, il faut que ces domaines ne soient pas convoqués pour eux-mêmes mais pour répondre à des problématiques économiques et sociales.

Principe n°7 : Demander une transformation de nos TD en TP
-  La transformation de TD en TP permettrait de mieux mettre en avant le caractère de sciences expérimentales.
-  Ce changement de dénomination, sans changer fondamentalement les pratiques des collègues, permettra de mieux revendiquer l’utilité des dédoublements, et de négocier plus facilement des salles informatiques dans les établissements

Principes relatifs à l’évaluation

Principe n°1 : Pour un croisement des disciplines dans les sujets d’évaluation
-  Lorsque des objets ont été étudiés sous les angles économiques et sociologiques de manière complémentaires en cours, il faut que les sujets d’évaluation reprennent ce croisement.

Principe n°2 : Pour un respect des consignes relatives au choix des documents des dissertations et questions de synthèses
-  Trop de documents de sujets de baccalauréat sont des documents d’analyse, ce qui pénalise les élèves ayant appris leur cours.
-  Il faut veiller à ce que les consignes du BO de 1997 soient appliquées, et que les documents soient des documents factuels, qui permettent aux élèves de mobiliser dans leur devoir des théories qu’ils ont apprises par ailleurs.

commentaires (1 message)


  • Contribution de la régionale de Créteil 20 avril 2009 09:11, par SES defender

    * SUR LE PRINCIPE 1 : L’Apses devrait exiger que les membres de la commission G. qui a commencé à travailler sur les manuels et les programmes prennent le dossier en main et travaillent sur les 3 niveaux à la fois pour donner de la cohérence au programme sur l’ensemble du lycée.

    * SUR LE PRINCIPE 4 : Finalement, il faut généraliser le style du programme de 2de aux autres niveaux puisqu’il y a déjà en seconde des indications relatives aux méthodes (enquêtes, vidéos...).

    *SUR LE PRINCIPE 6 : L’avantage des profs de SES sur les profs d’éco-gestion c’est la "science politique" qu’il faut mieux valoriser (1) parce que les élèves le demandent, (2) parce que c’est ce qui nous permet de survivre et de proposer la généralisation des SES. Dans le cadre d’un enseignement de "science po" dans le cycle terminale, on pourrait se substituer à l’ECJS qui ne sert à rien (au baccalauréat et pour la poursuite d’études). Le droit (public) y trouverait alors un peu de place, puisqu’on étudie la justice, son fonctionnement et ses règles, de même que le fonctionnement des institutions et donc de la Constitution. Il faut défendre un enseignement de science po pour tous de 2h par semaine et faisant l’objet d’une évaluation au baccalauréat. Cet enseignement se substituerait aussi à l’option en 1ère ES et à l’EDS. Le ministère serait satisfait et nous aussi : l’EN n’aurait pas à engager beaucoup plus d’heures, l’horaire des élèves ne serait pas forcément alourdi, les profs de SES verraient leur service augmenté.

    * SUR LE PRINCIPE 7 : Il s’agit d’un vœu pieux. En réalité cela ne change rien. Les TP supposent des expériences de terrain, des manipulations pratiques. Or, hormis le cas de l’enquête, ce n’est pas vraiment le cas en SES.

    * SUR L’ÉVALUATION : Il faut que l’Apses reprenne les critiques déjà formulées sur les sujets de bac. des années précédentes.

    Répondre à ce message

Répondre à cet article

Apses.org | Association des Professeurs de Sciences Économiques et Sociales