articles de ce dossier

Contribution de la régionale de Lyon

Trois réunions ont eu lieu entre février et avril, une dizaine de présents à chaque fois.

La classe de seconde

Un consensus émerge sur ce que nous voulons au minimum en termes d’horaires : 2h élève dont un dédoublement soit 3 heures prof au minimum à l’année.

Chacun semble d’accord pour supprimer un thème. Pour certains, il s’agirait de « L’emploi » alors que d’autres préfèreraient que ce soit « La famille ». Par contre, tout le monde s’accorde à dire qu’il faut supprimer « L’organisation du travail » dans le thème sur « La production ». Certains estiment qu’il suffirait de fusionner certains thèmes du programme pour alléger ce dernier.

Quant aux TD, ils gagneraient à être transformés en TP afin d’en faire des temps d’expérimentation. Ceux-ci seraient davantage détachés du cours (tout le monde ne partage pas cet avis) et seraient l’occasion de faire des enquêtes (statistiques, entretiens) ou des projets (création d’entreprise, visite d’entreprise…). Cela pourrait être un temps de suivi de l’actualité, qui pour beaucoup devrait être inséré dans nos programmes. Ce suivi prendrait la forme d’un travail sur la presse par exemple (pour certains, il devrait être intégré au cours)

Le cycle terminal

Un consensus : le programme de la classe de terminale est trop lourd, il faut l’alléger. Il serait intéressant alors de proposer un programme plus cohérent sur les deux années.

Eric Barbot a ainsi proposé un programme mettant les deux années en cohérence.

Les conclusions auxquelles nous arrivons et qui font consensus sont les suivantes :
-  Il faut « réincarner » le programme de deux façons : plus d’analyse historique des faits économiques et sociaux et un travail sur l’actualité.
-  Nous proposons d’enlever le thème sur « La justice sociale ».

Tous les présents s’accordent à dire que la spécialité devrait être étendue sur les 2 années. Certains imaginent un enseignement tel qu’il existe aujourd’hui en terminale mais sur 2 ans.

L’évaluation

Nous avons discuté de l’évaluation. Si tous les présents semblent d’accord sur la nécessité d’évaluer davantage des compétences, nos opinions divergent sur :
-  Faut-il garder la note ou pas ?
-  Quel degré de compétence choisir (acquis, en cours d’acquisition…) ? Il semble que cela nécessite une réflexion plus globale.

Apses.org | Association des Professeurs de Sciences Économiques et Sociales