articles de la même rubrique

Jacques Le Cacheux, président du comité d’expert, défend le programme de terminale et se dit « prêt à rencontrer les enseignants »

Dépêche AEF du 11 janvier 2011


Jacques Le Cacheux, président du comité d’expert, défend le programme de terminale et se dit « prêt à rencontrer les enseignants »

« J’ai regardé attentivement la proposition de programme de l’Apses (AEF n°143135). Il y a des éléments sur lesquels je suis d’accord, notamment l’idée d’éviter des programmes pléthoriques, une idée déjà présente dans le rapport Guesnerie (AEF n°98724 ) et le fait d’éviter tout encyclopédisme », indique à AEF Jacques Le Cacheux, directeur du Département des études de l’OFCE et professeur des Universités à l’université de Pau et des Pays de l’Adour, à la faculté de droit, d’économie et de gestion, mardi 11 janvier 2011. Le président du comité d’expert en charge de la rédaction du programme de terminale ES réagit à la proposition de programme de l’Apses, publiée le 3 janvier dernier (AEF n°143135). « Structurée à partir de douze questions », elle « donne toute sa place aux grands enjeux contemporains » et « s’appuie sur l’expertise pédagogique des enseignants », fait valoir l’Apses.

« Par ailleurs, l’approche thématique paraît raisonnable, mais en revanche, le contenu et les indications sur les démarches à suivre m’apparaissent très vagues et légers », poursuit Jacques Le Cacheux : « D’une façon générale cette proposition comporte peu de spécificités, elle est peu explicite sur les contenus ».

Selon le directeur du département des études de l’OFCE, « il manque des choses importantes » à cette proposition, telles que la question du développement durable. Jacques Le Cacheux estime encore qu’il « y a très peu de sociologie dans cette proposition, qui est, en réalité, surtout économique ». En outre, « on ne fournit pas de grilles d’analyse sur la nature des inégalités et sur l’idée de la justice », regrette l’économiste, pour lequel « cette proposition n’est pas de nature à armer les élèves pour comprendre le monde qui les entoure ».

« VOLUME HORAIRE RÉDUIT »

Jacques Le Cacheux indique à AEF que le programme de SES de terminale est rédigé « dans la suite logique de ce que nous avons fait pour le programme de première ». La distinction opérée entre « économie », « sociologie » et « regards croisés » sera à nouveau présente. « Pour le reste, l’idée est d’essayer d’alléger le programme par rapport à l’existant. Car le volume horaire pour l’enseignement des SES est réduit, on perd une heure par semaine à peu près, il faut alors faire des choix douloureux et éliminer ». Jacques Le Cacheux affirme également : « Les programmes sont élaborés pour une durée d’une dizaine d’années, il ne faut pas être trop sensible à l’actualité et tenter d’anticiper ».

Il explique que la notion d’inflation, absente des programmes de terminale jusqu’à présent » va être « réintroduite » : « la hausse des prix des matières premières et des aliments a de grandes chances de marquer les prochaines années : la question des prix et de la hausse des prix ne peut donc pas être éliminée d’un programme sérieux de SES ». La question du développement durable sera également présente. « En tant que l’un des rapporteurs de la commission Stiglitz, je suis particulièrement sensible à cette thématique, qui était mentionnée dans la lettre de cadrage ». Selon lui, le programme sera soumis à la consultation dans « à peu près un mois ».

« Dans la logique d’allégement des programmes, il ne faut pas seulement que l’on diminue le nombre de notions. L’important est de bien circonscrire sur chaque thème ce qui doit être enseigné, de donner des indications d’enseignement, de dire : ’sur ce thème, le minimum qui doit être enseigné c’est ça, et ce n’est pas la peine d’aller au-delà’ », affirme le professeur des universités.

DÉBAT

« Estimant qu’elle est pédagogiquement et scientifiquement solide », le Snes-FSU considère « la proposition de programme ’pensée pour les élèves’ (AEF n°143135) » présentée par l’Apses le 2 janvier 2011 « comme une bonne base de réflexion et de débat, d’autant plus qu’elle s’appuie sur une large consultation des enseignants, à la fois sur l’ancien programme et sur l’actualisation possible des thèmes », indique-t-il, vendredi 7 janvier 2011.

Indiquant que « la pétition initiée par l’Apses » a été « signée par plus de la moitié des professeurs de SES » (AEF n°140267), le Snes considère comme « urgent » que le ministère « accepte le débat » : « le programme de première ES, rejeté par la profession, doit être radicalement repensé ; le programme de terminale ES doit être confectionné dans des conditions correctes ».

Jacques Le Cacheux, s’ « étonne » de voir l’Apses « en désaccord, puisqu’elle a refusé de prendre part au groupe d’experts ». Selon lui, la position de l’Apses est une « position de principe, fondée sur des suppositions plus que sur des réalités ». Il rappelle que le programme de SES de première « a été validé par un vote au CSE où siègent toutes les organisations représentatives de l’Éducation nationale en juillet dernier (AEF n°134569) ». « Une majorité s’est prononcée pour ce programme, ce qui est la première fois depuis longtemps. Je prends ça pour une approbation, tout comme le ministère, puisque le programme a ensuite été publié au BO et que les manuels sont actuellement sous presse. Je ne trouve donc pas que cette demande de moratoire soit recevable », fait-il valoir.

RENCONTRES AVEC LES ENSEIGNANTS

Interrogé au sujet de la pétition de l’Apses, Jacques Le Cacheux explique : « quand vous regardez qui signe cette pétition, vous voyez qu’il y a des retraités, ou alors que ce ne sont pas vraiment des enseignants de SES qui signent ». Jacques Le Cacheux voit « dans cette pétition une sorte d’appréhension des enseignants face à un programme pensé d’une façon très différente de ceux qu’ils connaissent ». Il indique alors « se battre au ministère pour que le groupe d’experts ait l’opportunité d’expliciter les programmes, de rencontrer les enseignants. La formation des enseignants est importante,car il y a une rupture avec les programmes précédents, une séparation claire ». Selon lui, l’accord du ministère « devrait intervenir assez vite ». Et les rencontres avec les enseignants « devraient se dérouler au printemps ».

Apses.org | Association des Professeurs de Sciences Économiques et Sociales