rapport des inspections générales sur la mise en œuvre de la réforme des lycées

Le 15 mars, l’inspection générale a présenté à Luc Chatel son rapport sur "le suivi de la mise en oeuvre de la réforme des lycées d’enseignement général et technologique". Il y est question à plusieurs reprises de l’enseignement d’exploration SES. Extraits :

1.3.2. Deux enseignements d’économie pour près de 10 % des jeunes dans certaines académies

(...) Le choix des deux enseignements d’économie par une telle proportion de jeunes, en particulier lorsqu’il est exclusif de tout autre, ne leur permet pas de découvrir de nouvelles disciplines. (...)

1.4.2. Le rôle de l’enseignement d’économie obligatoire

Le rôle de l’enseignement d’exploration en économie n’est pas toujours compris, Les élèves ont souvent dit qu’il est paradoxal d’avoir rendu obligatoire un enseignement d’exploration. Cela a pour effet de réduire à une les possibilités de choix réel d’un enseignement d’exploration. En outre, les enseignements de SES et de PFEG sont vécus comme nettement différents du reste des enseignements d’exploration : cours le plus souvent en classe entière, souvent sous une forme magistrale. Tous ces caractères rapprochent ces enseignements d’exploration d’un enseignement obligatoire du tronc commun. Dans un lycée de l’échantillon, cette attitude a conduit à rendre l’enseignement économique facultatif pour les élèves qui choisissent deux enseignements d’exploration technologiques. Ce choix qui ne respecte pas les dispositions réglementaires pose la question des limites de l’autonomie donnée aux établissements.

1.4.3. Les poursuites d’études : de la difficulté d’assumer le concept d’exploration

Des questionnements ont émergé aussi sur l’obligation de proposer un enseignement d’économie. Dans un établissement l’équipe de direction s’interroge sur le fait que 90 élèves ont choisi SES alors que le lycée ne propose pas la série ES. Dès lors, les membres de l’équipe mesurent deux risques : le manque d’intérêt d’un enseignement qui ne sera suivi d’aucune orientation et la migration des élèves vers le lycée voisin qui propose cette filière.

La position particulière des enseignements d’exploration à caractère économique est mal perçue par beaucoup d’élèves : – soit, ils veulent « faire de l’économie » et ils regrettent un enseignement réduit en durée ; – soit, ils ne sont pas intéressés par l’économie et subissent un enseignement en classe entière, jugé peu interactif. Les enseignants proposent souvent un enseignement magistral essentiellement centré sur des notions, sans avoir toujours la possibilité d’utiliser les TICE et de donner une dimension plus attractive à l’enseignement dispensé. Le ressenti des élèves est positif lorsque les professeurs abordent l’économie à partir de situations ancrées dans l’environnement de la classe et qu’ils cherchent à impliquer les élèves dans une démarche de projet consistant à découvrir les aspects économiques de situations ou de thèmes d’actualité. L’enseignement d’exploration prend alors tout son sens en permettant aux élèves d’accéder tout à la fois à une culture économique et à une compréhension de leur environnement. (...)

1.6. Conclusions et préconisations

Les insatisfactions de nombreux acteurs sur le positionnement des enseignements d’économie et leurs modalités de mise en place devraient donner lieu à une réflexion spécifique. Répondre à ces interrogations dans le cadre de la configuration qui a été retenue pour l’organisation générale des enseignements d’exploration, demandera de l’information en direction des élèves et des enseignants. La mission recommande en tout état de cause que le choix par les élèves de deux enseignements d’économie reste exceptionnel ;

Une exception fréquente est à signaler concernant le premier enseignement d’exploration économique (surtout SES) où l’on assiste souvent à un cours classique, reposant sur un programme, démarche justifiée par l’horaire et l’absence de dédoublement. En SES, le statut d’enseignement d’exploration n’est souvent pas accepté. Cette discipline, qui n’est pas enseignée au collège, entretient une représentation spécifique de son statut au lycée. Les professeurs et les élèves s’interrogent alors sur la nature d’exploration de cet enseignement. (...)

2.2.3. Le point de vue des élèves

Ils soulignent le fait que « SES est un cours comme un autre ».

2.5. Quatrième « facteur clef » : la construction des compétences et l’évaluation

Comme le dit un interlocuteur de la mission, les enseignants se sont « penchés sur les compétences à l’insu de leur plein gré » et tentent de procéder à des évaluations par compétences pour la plupart des enseignements d’exploration, à l’exception des SES où la notation classique semble majoritaire et des enseignements d’exploration souvent confondus avec des options.

Apses.org | Association des Professeurs de Sciences Économiques et Sociales