articles de la même rubrique

Courrier envoyé à Monsieur Chatel par les présidentes et présidents de l’AECSP, l’AFEP, l’AFS, l’AFSE, l’AFSP, l’APSES et l’ASES.

15 juin 2011


Signataires du courrier :

- Philippe Cibois, président de l’Association Française de Sociologie
- Julien Fretel, président de l’Association des Enseignants et Chercheurs en Science Politique
- Marjorie Galy, présidente de l’Association des Professeurs de SES
- Nonna Mayer, présidente de l’Association Française de Science Politique
- Frédéric Neyrat, président de l’Association des Sociologues de l’Enseignement Supérieur
- André Orléan, président de l’Association Française d’Economie Politique
- Marie-Claire Villeval, présidente de l’Association Française de Science Économique

Paris, le 15 juin 2011

Objet : Demande d’entrevue sur le statut et l’horaire de l’enseignement de Sciences Économiques et Sociales en seconde

Monsieur le Ministre,

À plusieurs reprises, nous vous avons interpellé sur les conséquences de la réforme du Lycée sur le statut et l’horaire de l’enseignement de Sciences Économiques et Sociales. En particulier, un appel vous a été adressé le 5 février dernier, signé par une dizaine de personnalités de premier plan dans la communauté scientifique, demandant « que les SES, plébiscitées par les lycéens, ne soient plus traitées comme un « enseignement d’exploration » parmi d’autres mais soient intégrées dans le tronc commun de la classe de seconde avec un horaire revalorisé, comprenant des dédoublements obligatoires, sans lesquels l’initiation aux démarches spécifiques des sciences sociales ne peut être sérieusement envisagée » (Appel de Vitruve). Cette demande a été relayée ensuite par une lettre de l’Association des Professeurs de Sciences Économiques et Sociales en date du 23 mars et par une lettre de l’Association Française de Science Économique en date du 20 avril où celle-ci revendique « que cet enseignement de découverte des sciences économiques et sociales soit intégré dans le tronc commun des programmes dès lors qu’il devient obligatoire dans les faits de suivre un enseignement de SES ou de PFEG » et « que l’introduction de l’enseignement de sciences économiques et sociales dans le tronc commun s’accompagne d’un volume horaire de trois heures par semaine en classe de Seconde et d’une validation de l’évaluation des acquis des élèves ». Aucun de ces courriers n’a, à ce jour, reçu de réponse.

Pourtant, le rapport de l’Inspection Générale sur « Le suivi de la mise en œuvre de la réforme des lycées d’enseignement général et technologique » qui vous a été remis le 15 mars dernier relaie une insatisfaction générale, tant du côté des élèves que des enseignants, quant à la place de l’ « enseignement d’exploration » de Sciences Économiques et Sociales. Cet enseignement est vécu comme « nettement différent du reste des enseignements d’exploration ». Les rapporteurs expliquent que le cours « reposant sur un programme » est dispensé « le plus souvent en classe entière, souvent sous une forme magistrale essentiellement centré sur des notions, sans avoir toujours la possibilité d’utiliser les TICE », et donne lieu à une « évaluation classique », cette « démarche [étant] justifiée par l’horaire et l’absence de dédoublement ». Le rapport conclut ainsi que « tous ces caractères rapprochent ces enseignements d’exploration d’un enseignement obligatoire du tronc commun. »

Prenant au sérieux la volonté que vous affichez de renforcer la culture économique et sociale des lycéens, nous souhaiterions vous rencontrer pour porter ces demandes de revalorisation du statut et de l’horaire de l’enseignement de Sciences Économiques et Sociales en seconde.

Dans l’attente d’une réponse rapide à ce courrier qui relaie des demandes antérieures laissées sans réponse, nous vous prions de croire, Monsieur le Ministre, en l’expression de notre profonde considération.

Apses.org | Association des Professeurs de Sciences Économiques et Sociales