Rapport d’orientation 2007-2008

RAPPORT D ‘ ORIENTATION 2007-2008 DE L ‘ A.P.S.E.S. VOTÉ A l’AG

Contexte L’année scolaire 2007-2008, du fait de la fin de la période électorale et des inquiétudes pour la filière L que nos interlocuteurs du ministère ont manifesté, risque de voir ré-apparaître la question d’une nouvelle réforme des séries générales du lycée. Les enjeux sont importants car les attaques contre l’enseignement de l’économie se sont poursuivies : le rapport du CODICE ne s’est pas attaqué à l’association économie – social, mais a insisté sur la nécessité de remettre l’entreprise au cœur de l’enseignement économique. Préoccupation que partagent nombre de journalistes ou d’hommes politiques.
Le débat sur l’orientation de l’association sur cette question nous semble donc prioritaire et à relier aux actions qu’il faut développer et approfondir pour entretenir des liens avec d’autres organisations pour une conception pluraliste des sciences économiques et sociales. Dans le contexte budgétaire français, les réformes doivent également être étudiées avec leurs incidences sur les conditions d’enseignement, en particulier l’existence des TD.
Nous devrons nous donner les moyens militants, en progrès, mais encore insuffisants pour garantir nos objectifs.

A- Réforme des séries générales du lycée, place et identité des SES et de la série ES

Parmi les 3 baccalauréats généraux, le bac ES est le seul dont les effectifs continuent d’augmenter alors que les effectifs du bac L diminuent depuis 1995 et ceux du bac S stagnent. Ce constat a conduit à des débats alarmistes sur le manque de scientifiques en France et aujourd’hui sur le manque de littéraires. Nos interlocuteurs au ministère ont plusieurs fois évoqué ce problème.
Le rapport 2006 de l’inspection générale sur la série L (http://media.education.gouv.fr/file...) propose trois scénarii :

- soit le maintien des séries actuelles avec une clarification des options des L en fonction de débouchés (« littérature et civilisations », « arts et culture », « Communication et maîtrise des langages », « Sciences humaines », « Institutions et droit » à noter « Une initiation au droit public serait prise en charge en Première par les enseignants d’histoire qui feraient appel en tant que de besoin à des intervenants extérieurs ; les établissements qui le souhaitent pourraient faire en sorte que les élèves de Terminale se joignent à ceux de la série ES pour suivre l’option « sciences politiques », ce que permet l’organisation pédagogique actuelle de la série ES. » )
- soit fusionner les trois séries actuelles en une seule, la différenciation se faisant exclusivement par le jeu des options. Les auteurs remarquent bien qu’une telle évolution semble difficile en France.
- soit fusionner la L et la ES en conservant toutefois des groupes d’options assez nettement différenciées, (4 dominantes littéraires : précédemment citées, une sociale : « sciences humaines et sociales », une « économie »).
Le même rapport s’interroge sur les évolutions de la seconde (voir p.78 et suivantes), ce qui laisse penser qu’une réforme de la seconde sera rapidement discutée.

1- Les principes généraux à défendre au ministère
- La filière ES est une réussite car elle a participé à la démocratisation des études générales et permet aux élèves de réussir après le bac. (Même si des réformes peuvent être nécessaires : par exemple l’enseignement de la géométrie dans l’espace en option math ; problèmes des élèves de ES pour suivre en faculté d’économie) L’APSES défendra le maintien de la filière : POUR = 98,28 % des suffrages exprimés

- Nous demandons que les SES soient intégrées dans le tronc commun avec 2h de cours + 1h de TD, en cas de proposition différente du ministère, une discussion aura lieu dans l’association.
- L’APSES défendra le maintien d’un enseignement des sciences économiques et sociales. Nous ne prendrons pas d’initiative sur ces sujets :
Pour la présence des SES en option dans d’autres filières : 264 votes = 58,7 % pour, 186 votes = 41,3 % contre ; abstention 18. Pour enseigner l’économie ou la sociologie selon la série : 379 votes = 97,43 % contre ; 10 votes = 2,57 % pour ; 108 abstentions.

2- Mise en place de procédures rapides pour réagir aux propositions du ministère l’an prochain : utilisation des listes de diffusion, téléphoner aux responsables des régionales, CD exceptionnel (vote par mandat).

3- Création d’une commission sur les programmes pour valoriser les SES Objectifs : travail sur le contenu de l’enseignement et sur la promotion des débouchés de la filière ES : créer une plaquette. La commission impulsera des contributions pour APSES-info

B- Stages et partenariats Les partenariats, aujourd’hui diversifiés (OFCE, AFSE, EEP, ENS) seront poursuivis.
L’Ecole d’Economie de Paris et l’ENS seront associés en novembre autour d’un thème d’étude commun (les inégalités) à l’occasion du stage national de deux jours de l’Apses. Au cours de l’année, les stages suivants seront proposés par ces deux institutions :

- ENS, décembre, Paris, à destination des professeurs de classes préparatoires (une journée) : travail et genre.

- EEP, janvier, Paris, à destination de tous les professeurs de SES ( une journée) : la mondialisation.

- ENS et EEP, en province (Lyon / Rennes), séparément entre mars et mai (une journée), à destination de tous les professeurs de SES. D’autres stages peuvent être organisés par les régionales, en étendant les possibilités de participation aux académies limitrophes, et en sollicitant par exemple les autres organismes avec lesquels nous avons déjà établit des contacts.

C- Vie associative

Adhésions Nous constatons qu’un certain nombre d’adhérents, n’adhèrent pas régulièrement soit volontairement (une année sur deux, soit par négligence).
Les adhésions sont indispensables à la vie de l’APSES bien au-delà du seul aspect financier. C’est avant tout la reconnaissance de la vie de la discipline dans les Académies et au niveau national. L’APSES ne peut-être reconnue et écoutée que grâce à sa représentativité (qui demeure malgré tout conséquente).
Les trésoriers devraient faire remonter plus régulièrement et plus rapidement les adhésions car cela occasionne des coûts de suivi de gestion de la liste et des accès internet (adh-apses et site) fastidieux. Dans l’optique d’une relance des adhésions plus systématique et pour faciliter la gestion de la liste et de l’accès au site, l’assemblée générale de juin 2007 a décidé d’une date butoir d’adhésion : le 31 décembre de chaque année. Au delà de cette date, les collègues qui n’ont pas ré-adhéré ou dont les adhésions n’ont pas été renvoyées au trésorier national, se verront limités dans l’accès au site et supprimés de la liste de diffusion. Un rappel par email serra effectué.
Par ailleurs, la possibilité d’adhésion directe au niveau national y compris dans les académies où il y a une régionale est maintenue. Il est enfin demandé au trésorier national d’étudier la faisabilité et le coût pour l’association du prélèvement et renouvellement automatique.

Publications : APSES-Info et la lettre de l’Apses. La revue Apses info reste essentielle malgré l’existence du site et de la liste de diffusion. Au delà de la mémoire et du lien entre les adhérents, c’est en effet un instrument de communication et d’information à destination de l’ensemble de partenaires de l’Apses (Ministère, média, inspection, universitaires etc...).
La réalisation de cette revue demande beaucoup de temps : le contenu rédactionnel doit ainsi être disponible plus de deux mois avant l’arrivée dans les boites aux lettre. Cette contrainte joue sur le nombre de numéro à l’année que nous pouvons proposer et sur la politique éditoriale.
Il semble ainsi pertinent de recentrer le travail sur deux numéros par ans conséquents qui devront paraître l’un en janvier, l’autre en avril. Côté rédactionnel, on peut difficilement faire de cette revue un outil de mobilisation d’urgence, rôle qui doit être attribué à la lettre de l’Apses. On trouvera donc dans Apses infos trois grandes catégories d’articles :

- Les comptes rendus de stages, de rencontres de l’Apses avec les partenaires institutionnels, d’activité de régionales, d’actions nationales.

- Des articles de fond, sur les travaux d’un scientifique, sur une rencontre avec un réalisateur ou un acteur de la vie économique, politique et sociale.

- Des articles de fond sur les débats existant dans la discipline ou sur la place des SES et de la série ES dans le système éducatif. Dans cette rubrique, on peut aussi trouver des travaux (mémoires ou extraits de mémoires) réalisés par des stagiaires de SES.
Parallèlement à AI, la lettre de l’Apses sera étoffée : la lettre de rentrée passe de 8 à 12 pages. Elle est destinée aux adhérents et à l’ensemble des lycées d’enseignement général.

La réalisation d’Apses info doit reposer sur au moins deux personnes. Il est en effet difficile de gérer de front la réalisation et la recherche de contribution. Les responsables de la revue doivent en outre solliciter précisément une régionale pour chaque numéro de la revue.

Site Le site apses.org a été fortement développé avec une partie adhérents qui permet un échange important de documents pédagogiques, un renouvellement de la mise en page, la mise en ligne grâce à l’APSES-Paris de vidéos du café des sciences sociales... C’est un outil aujourd’hui opérationnel d’information pour nos adhérents et pour l’extérieur.

Participation du national au activités des régionales Le national peut contribuer aux actions régionales (par exemple au financement de l’enregistrement vidéo du café des sciences sociales parisien) mais dans une limite financière raisonnable.

Instances L’APSES ne peut correctement fonctionner que si un nombre suffisant de militants y participe régulièrement. L’impulsion donnée par l’AG d’Amiens doit être poursuivie et nous souhaitons que de nouveaux jeunes (ou moins jeunes) collègues rejoignent les instances dirigeantes.

D- Evolution de la formation des enseignants Les IUFM sont, cette année, l’objet de deux évolutions majeures : l’intégration aux universités et la mise en place d’un nouveau cahier des charges. Le premier point aura un impact limité, pour l’instant, sur les formations des enseignants de SES mais pose cependant la question du rattachement des formations CAPES aux universités de rattachement. Le cahier des charges quant à lui comporte des éléments qui vont modifier la nature et l’équilibre des formations
• passage de 6 à 8h pour le stage en responsabilité,
• formation sur 3 ans : PLC2 + Tl (où le titulaire disposera de 4 semaines de formation sur son temps de service) et T2 (2 semaines de formation)
• rôle accru des conseillers pédagogiques et du chef d’établissement dans l’évaluation du stagiaire.
• évaluation des stagiaires sur 10 compétences professionnelles. Face à ces évolutions (qui ne sont pas toutes négatives), nous tenons à réaffirmer plusieurs principes essentiels
• Une formation sur trois ans ne doit pas aboutir à concentrer les stagiaires dans quelques académies, au risque de nuire à l’approche pluraliste nécessaire à la diversité des enseignants,
• Le rôle accru des conseillers pédagogiques renforce la nécessité d’accroître leur temps de formation,
• Le passage de 6 à 8h pour le stage en responsabilité se fera au détriment de la réflexion personnelle et collective des stagiaires sur leur propre pratique. Il faut dans chaque établissement être offensif pour que les emplois du temps des stagiaires n’excèdent pas 6H,
• les nouveaux textes définissant les compétences des enseignants et la formation pourraient entraîner des modifications dans les épreuves des concours, notamment de l’épreuve sur dossier du CAPES. Il faut en réaffirmer le caractère professionnel (pédagogie, connaissance du système éducatif, histoire de la discipline...) et pas seulement didactique.

E- Projet de création d’un institut pour le développement de l’information économique et sociale

Philippe Frémeaux avait fait parvenir avant l’AG une lettre demandant la participation de l’APSES à la construction d’un pôle d’information économique et sociale indépendant. L’initiative paraissant intéressante au bureau national et au comité directeur, il a été invité à l’AG pour présenter le projet.

Bref rappel de la stratégie d’Alternatives Economiques et de son histoire :
- journal à vocation citoyenne qui s’est construit pour proposer une offre alternative aux journaux économiques à destination des épargnants ou des décideurs
- si sa vocation n’était initialement pas pédagogique, le journal a rencontré les aspirations des professeurs de SES
- journal actuellement touché par les mêmes difficultés que la presse générale
- stratégie d’offre d’accès extensif aux ressources pédagogiques du site pour tous les abonnés. AE souhaite développer fortement cette offre, notamment avec l’aide de membres de l’APSES (dictionnaire économique et social en ligne, tri des ressources d’Internet...)

Projet de création d’un institut pour le développement de l’information économique et sociale
- institut qui regrouperait des syndicats, ONG, universitaires, représentants des employeurs "à fibre sociale" et l’APSES ?
- institut qui n’aurait pas vocation à produire lui même de l’information mais à en encourager le développement et la diffusion
- l’existence d’un tel institut ouvrirait une fenêtre légitime car relativement neutre dans les média
- l’AG constitutive devrait se tenir en sept-oct. (APSES invitée à être membre constitutif)
- coût d’adhésion symbolique pour l’APSES

Les remarques et décisions de l’AG :
- accord de principe si le principe de pluralisme des membres constitutifs est respecté
- présence de l’APSES lors de l’AG constitutive
- la décision d’en devenir membre sera prise par le CD après consultation des adhérents

Apses.org | Association des Professeurs de Sciences Économiques et Sociales