articles de la même rubrique

Compte rendu de l’entrevue APSES - cabinet de la Ministre du 17/11/2014

L’APSES, représentée par Marjorie Galy, Erwan Le Nader, et Patricia Morini, a été reçue le lundi 17 novembre par Agathe Cagé, conseillère au cabinet du ministère, Raphaël Briot, et Pierre Seban [1].

La rencontre, cordiale, a duré plus d’une heure. L’APSES a remercié le cabinet de l’avoir reçue suite à la lettre qu’elle avait envoyée en septembre à la nouvelle Ministre, portant à la fois sur la question des conditions d’enseignement en seconde et des programmes et épreuves. L’APSES a rappelé qu’elle venait de mener une enquête inédite basée sur plus de 500 copies de baccalauréat, afin de contribuer au travail préalable de bilan nécessaire à tout changement de programmes et épreuves, et ce également afin d’évaluer les programmes en fonction de ce que les élèves apprennent réellement. Les échanges ont été riches et nombreux sur les résultats précis de l’enquête, concernant le niveau d’acquisition des savoirs et savoir-faire. Pour l’APSES, le manque de maîtrise de certaines notions du programme invite à une réflexion sur la multiplication des notions et mécanismes à traiter durant l’année de terminale (c’est le cas dans d’autres disciplines et cela était déjà le cas avec les programmes précédents en SES mais les dernières évolutions des programmes aggravent ce constat au lieu d’y remédier). Les élèves ont besoin de temps pour apprendre et s’approprier les savoirs. De même, la lourdeur du programme produit ses effets sur le temps consacré au travail sur les méthodes – notamment statistiques – et peut expliquer les insuffisances des copies concernant les savoir-faire.

Madame Cagé s’est félicitée que l’APSES ait salué la nouvelle charte des programmes, prônant notamment des programmes moins prescriptifs. Elle a affirmé l’attachement de la Ministre à une logique curriculaire, luttant contre l’encyclopédisme. Concernant le calendrier de la refonte des programmes, il n’y a pas eu de nouvelle commande ministérielle. Les programmes de cycle 2-3-4 (école et collège), sont donc à remettre début 2015, ce à quoi il faut ajouter les programmes d’enseignement moral et civique, le référentiel du parcours d’éducation artistique et culturel, et le référentiel du parcours individuel d’information, d’orientation et de découverte du monde économique et professionnel.

Le Bilan de la réforme des lycées devrait commencer à partir de début 2015, avec la remise du 3ème rapport de l’inspection générale sur ce sujet. Seront examinées dans ce cadre les 3 nouveautés qui avaient été introduites par la réforme : les enseignements d’exploration, l’accompagnement personnalisé, et l’autonomie des enveloppes horaires des établissements. Ce bilan est un préalable nécessaire à tout nouveau travail sur les programmes de lycées.

L’APSES a rappelé qu’avec l’autonomie des enveloppes horaires, les SES avaient été particulièrement lésées, comme le montrent les situations très difficiles vécues par les collègues en seconde qui sont le plus souvent en classe entière sans dédoublement, ou le fait que les SES soient la discipline de lycée qui a en moyenne le plus fort effectif d’élèves par classe. L’APSES soutient le rétablissement de dédoublements nationaux, qui sont essentiels pour les conditions d’apprentissage des élèves. L’APSES a réitéré sa demande d’alléger le nombre de questions à traiter dans le programme de seconde pour limiter la souffrance professionnelle des enseignants et permettre de meilleures conditions d’apprentissage aux élèves, et a par ailleurs fait part de son opposition aux tentatives de fusion SES-PFEG en seconde qui continuent ici ou là à se développer en dehors de tout cadre légal.

[1] Ce compte-rendu a été transmis à nos interlocuteurs pour relecture. Ils l’ont trouvé fidèle à nos échanges.

Apses.org | Association des Professeurs de Sciences Économiques et Sociales