articles de la même rubrique

Les sciences économiques et sociales. Histoire, enseignement, concours

Alternatives Economiques n° 348 - juillet 2015


Les sciences économiques et sociales. Histoire, enseignement, concours, par Marjorie Galy, Erwan Le Nader et Pascal Combemale (dir.) La Découverte, 2015, 313 p., 22 euros.

Par Christian Chavagneux

La réflexion sur les techniques pédagogiques tient une place centrale dans l’ouvrage : comment intéresser des jeunes de 15 à 18 ans aux questions économiques ? Mais entre la préface de Stéphane Beaud et Thomas Piketty, le témoignage personnel de Pascal Combemale et les chapitres consacrés à la naissance, à l’histoire et aux débats qui entourent la série ES, le questionnement s’élargit vers une question clé : qu’est-ce qu’une bonne science économique ?

La filière est née en 1966, au croisement de l’histoire, de l’économie et de la sociologie. Dès le départ, ses promoteurs ont montré qu’une approche unitaire des sciences sociales est possible, formatrice et intellectuellement fructueuse. Avec un enseignement destiné à comprendre les évolutions du monde, à confronter les idées, à développer une rigueur d’analyse, le tout au service de la construction d’un esprit critique autonome.

Autant d’innovations ne pouvaient que déranger. La filière a subi de multiples attaques, du Medef aux économistes distingués, dont celle de 2010 a contribué à la rapprocher des méthodes plus traditionnelles et plus étroites de la "science" économique officielle. C’est une "disqualification de la formation à l’esprit critique" pour Beaud et Piketty, la remise au pas d’une "discipline indisciplinée" selon la belle formule de Combemale. Heureusement, beaucoup d’enseignants conservent dans le quotidien de leur classe l’esprit d’innovation des débuts par un pluralisme critique au service de notre démocratie.

Apses.org | Association des Professeurs de Sciences Économiques et Sociales