articles de la même rubrique

Lycées : des chefs d’entreprise s’alarment de l’allègement des programmes d’économie en seconde (Revue de presse)

Les échos le 6/6/2016


A lire aussi en ligne sur lesechos.fr

Marie-Christine Corbier Le 06/06 à 18:36

Le gouvernement va alléger des programmes d’économie jugés trop lourds par les enseignants. L’étude du chapitre «  marché  » devient facultative, au grand dam de certains chefs d’entreprise.

Le gouvernement s’apprête à prendre un arrêté, fin juin, pour alléger les programmes d’économie en classe de seconde. Il s’agit de « soulager » les enseignants de sciences économiques et sociales (SES), explique-t-on dans l’entourage de la ministre de l’Education, Najat Vallaud-Belkacem. « C’est une demande ancienne, explique le président de l’Association des professeurs de sciences économiques et sociales (APSES), Erwan Le Nader. Seuls 10 % des enseignants parvenaient à étudier l’ensemble des chapitres au programme. »

L’association et les organisations syndicales avaient écrit à la ministre, fin janvier, pour réactiver leur demande d’allègement des programmes Chatel de 2010, dans le cadre du bilan sur la réforme du lycée. Cet enseignement dit « d’exploration », optionnel et destiné à donner une culture économique aux élèves, est suivi par 85 % d’entre eux.

Quatre chapitres obligatoires au lieu de cinq

A la rentrée prochaine, pour ces élèves, il n’y aura plus que quatre chapitres obligatoires au lieu de cinq. Celui qui portait sur la façon dont se forment les prix sur un marché devient facultatif. Restent donc, à titre obligatoire, les chapitres « ménage et consommation », « entreprise et production », « formation et emploi », « individus et cultures ». Une décision qui soulève beaucoup d’émois, notamment chez les chefs d’entreprise.

« Les Français sont nuls en économie. Et qu’est-ce qu’on fait ? En classe de seconde, le programme d’économie sera allégé », twittait vendredi, depuis son compte personnel, Sandrine Javelaud, en charge de la formation initiale au Medef. « Qui trop embrasse, mal étreint, souligne au contraire Gilles Martin, rédacteur en chef d’« Idées », la revue des sciences économiques et sociales, et professeur d’économie en classes préparatoires au lycée Lakanal de Sceaux. Vu de l’extérieur, il y a souvent une volonté de couvrir un champ trop large, poursuit-il. L’objectif d’une initiation en seconde ne consiste pas à passer en revue tous les thèmes économiques. Il fallait supprimer des choses. Or, expliquer les formations de prix sur un marché, c’est compliqué, sauf à faire quelque chose de caricatural. Les élèves de seconde n’ont pas le bagage mathématique pour cela. »

Un prisme idéologique

Dans les milieux économiques, on voit un prisme idéologique derrière le choix effectué sur le chapitre « marché ». « L’enseignement de l’économie est profondément biaisé en France, confie un patron du CAC 40. La notion de marché est essentielle, elle est au coeur de l’économie, et l’enseignement devrait commencer par là. Nous avons un problème de formation des enseignants qui ont, dans leur majorité, une culture déconnectée de la réalité économique et, pour beaucoup d’entre eux, marquée par la pensée marxiste qui reste dominante dans les cursus de sciences sociales. »

Au-delà de la seule question des programmes de seconde, un autre patron de grande entreprise s’agace : « J’attends le manuel d’économie qui commencerait par l’entreprise et qui expliquerait simplement comment fonctionne une économie moderne, dit-il. La vision que j’en lis à travers les manuels ne correspond en rien à ce que j’ai vécu en 40 ans de carrière à la tête d’une grande entreprise présente sur les marchés mondiaux. Qui se trompe ? Les auteurs de manuels ou moi ? » Un ex-patron du CAC 40 regrette, lui aussi, « une orientation idéologique forte » d’enseignants « très éloignés du monde de l’économie privée qu’ils ne comprennent pas car ils n’ont souvent jamais mis les pieds dans une entreprise ». Un vrai fossé avec les enseignants

Au ministère comme à l’APSES, on réfute toute vision idéologique, et on précise que le sujet « marché » est abordé en première et en terminale ES. La réaction des chefs d’entreprise est en tout cas symptomatique d’un vrai fossé avec les enseignants. « Nous essayons de faire de la pédagogie auprès de l’Education nationale, mais c’est très difficile, renchérit cet ex-patron du CAC 40. Nous avons le sentiment de ne pas être entendus ».

« Les contenus scientifiques des programmes se sont très largement améliorés par rapport au début des années 1980 où on faisait de la mauvaise histoire géographie appliquée aux économies capitalistes ou socialistes », tempère Gilles Martin. Les enseignants de SES réclament aussi plus d’économie à l’école. « L’horaire réduit à 1h30 et le statut d’enseignement d’exploration pour les SES en seconde sont inacceptables sur le plan des besoins de formation des lycéens », regrettait lundi l’APSES, dans son rapport d’orientation. L’association plaide aussi pour que les SES soient « présentes » dans les séries littéraires et scientifiques du bac. Ce qui n’est pas le cas actuellement.

Marie-Christine Corbier

Apses.org | Association des Professeurs de Sciences Économiques et Sociales